L’École des pêches en mode croissance!

5 mai 2017

CARAQUET, le 5 mai 2017 – L’École des pêches du Nouveau-Brunswick, une composante du CCNB – Campus de la Péninsule acadienne, a été un centre de formation très occupé pendant la dernière saison hivernale. Le coordonnateur du département Pêches, Métiers et Santé du Campus de la Péninsule acadienne, Marcel Godin, dresse un bilan très positif des activités.

 

« Je suis extrêmement satisfait. Nous avons eu plus de 1 000 personnes qui ont bénéficié d’une formation », a fièrement dit M. Godin.

 

En plus d’avoir accueilli des apprenants à Caraquet, le CCNB a offert de la formation dans les régions de Saint-Louis-de-Kent, Pointe-Sapin, Cap-Pelé, Kouchibouguac, Elsipogtog, Metenepagiag, Esgenoôpetitg, Eel Ground, Bathurst et Pointe Verte.

 

« Nous avons réussi à remplir nos classes de capitaine classe IV. Dix-huit étudiants ont terminé avec succès le programme et ils ont obtenu un brevet maritime. Onze étudiants autochtones de la région du Nord et du Sud-Est ont aussi obtenu leur brevet maritime après avoir suivi une formation livrée en région », a indiqué M. Godin. 

 

Le chef de département Pêches, Métiers et Santé au Campus de la Péninsule acadienne, Luc LeBlanc, croit que les dernières saisons fructueuses des pêcheurs ont donné un regain de vie à l’industrie.

 

« Ça fait 50 ans que nous offrons le cours de capitaine et cette année, nous avons vu une augmentation de l’intérêt pour ce genre de programme. C’est principalement parce que la pêche est bonne. Que ce soit la crevette, le homard ou le crabe, les prix sont bons, tout comme les prises et les quotas. Cela a créé une espèce d’engouement. Nous offrons beaucoup de formations sur mesure dans ce domaine », a fait savoir M. LeBlanc.

 

La récente annonce du gouvernement fédéral, qui a décidé de prolonger l’Initiative des pêches commerciales intégrées de l'Atlantique, sera aussi bénéfique pour la professionnalisation du milieu.

 

« Ce programme finance notamment l’accessibilité à la pêche commerciale pour nos communautés autochtones et inclut le volet de la formation. Notre engagement pour continuer à outiller ces communautés se confirme une fois de plus et ce lien privilégié n’est pas prêt de s’estomper », a assuré M. LeBlanc.

 

La sécurité en mer

 

Le personnel de l’École des pêches a remarqué que les pêcheurs pensent de plus en plus à leur sécurité en mer.

 

« C’est un sujet de plus en plus à la mode et nous avons connu un gros hiver à ce niveau. Les associations de pêcheurs sont au courant des réglementations et y accordent une importance prioritaire », a expliqué Luc LeBlanc.

 

Des tragédies maritimes comme l’accident qui a coûté la vie à deux pêcheurs de la région de Salmon Beach en juin 2016 font réfléchir les travailleurs et travailleuses de la mer.

 

« Transports Canada a récemment précisé l’équipement nécessaire pour chaque type d’embarcation. L’équipement doit respecter certaines normes. Ça fait des années que notre formation est en place, mais le précieux soutien des associations professionnelles pour en faire la promotion nous a donné un fier coup de pouce pour mieux atteindre nos objectifs en matière de sécurité », a conclu M. LeBlanc.

 

Le CCNB vous souhaite une saison de pêche sécuritaire et fructueuse!

 

br_05_05_17_mode_croissance_pa 

 

Des étudiants pratiquent l’exercice d’abandonner un bateau dans la piscine de l’École des pêches du Nouveau-Brunswick, située à Caraquet.

 

30-

 

Infos et demandes d’entrevues :

 

Bruno Richard, conseiller en communications, CCNB, 506-543-0661 ou bruno.richard@ccnb.ca