Le CCNB souligne le Mois de l'histoire des Noirs

20 février 2017

BATHURST, le 20 février 2017 - Dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, le CCNB prend le temps de souligner la contribution de ses étudiants et de ses employés de différentes origines qui apportent beaucoup au CCNB notamment sur le plan de la diversité culturelle et linguistique. Le CCNB est inclusif, il mise sur le respect et la diversité des cultures. Nous sommes fiers de constater comme institution d’enseignement professionnelle et technique que nous valorisons la diversité chez nos employés et chez nos étudiants. Voici le portrait d’un employé qui apporte beaucoup au CCNB.

 

Ayant grandi au Togo, Efia Assignon a choisi de s’établir au Nouveau-Brunswick en 1994. Il est conseiller en développement international au CCNB depuis 2006 et il demeure dans la ville de Campbellton.

 

« C’est le meilleur endroit pour élever nos enfants  », a raconté M. Assignon, qui détient notamment une maîtrise en finances (Sherbrooke) et un Ph.D. en relations industrielles (Laval).

 

Avant de devenir conseiller en développement international au CCNB, Efia Assignon a occupé plusieurs postes. Il a notamment œuvré au sein de diverses universités en tant que professeur et directeur de département et d’institution international d’enseignement et il a aussi joué des rôles au sein de différents ministères, tout cela en Afrique et au Canada.

 

« Je me suis installé au Nouveau-Brunswick, car j’aime la simplicité et le calme des petites villes », a-t-il fait savoir.

 

M. Assignon occupe un emploi passionnant au CCNB. Il aime bien le fait que le CCNB est très impliqué sur le plan international, surtout en sol africain.

 

« C’est une excellente chose. D’ailleurs, depuis 2011, je travaille avec des organisations et des gouvernements francophones africains pour expérimenter le concept du collège communautaire, mieux adapté au développement économique des pays africains. »

 

Le conseiller en développement international au CCNB est convaincu que les occasions d’affaires sont nombreuses en Afrique.

 

« L’Afrique apporte au CCNB et au Nouveau-Brunswick, une autre perspective en matière de culture, de relations humaines et de relations d’affaires. Les employés du CCNB qui s’ouvrent aux activités internationales en participant à des missions en Afrique reviennent enrichis et très enthousiastes. Ce serait intéressant que le milieu des affaires suive l’exemple du CCNB, car les occasions d’affaires y sont nombreuses. »

 

Depuis plusieurs années, le CCNB travaille fort pour recruter des étudiants internationaux et ses efforts portent fruits. Le nombre d’étudiants africains est passé de 38 en 2010-2011 à 211 en 2016-2017.

 

« La soif de s’instruire est très grande dans les pays en développement, particulièrement en Afrique. Très souvent, c’est le coût des études qui freine certaines personnes. Même si les frais de scolarité au CCNB sont parmi les plus bas des collèges canadiens, ils sont hors de portée de ces personnes. À la limite, le collège pourrait prendre la décision courageuse d’ouvrir un campus satellite quelque part en Afrique. Un tel campus pourrait compter plus d’étudiants que les cinq campus actuels réunis et pourrait contribuer à accroitre le rayonnement de notre institution au sein de la francophonie. »

 

Efia Assignon encourage tous les étudiants et les membres du personnel du CCNB à prendre le temps de mieux connaître les étudiants internationaux.    

 

« Le CCNB fait du bon travail et il faut poursuivre les efforts pour que tous les étudiants étrangers soient à l’aise au collège. Ils viennent de cultures différentes. L’effort d’intégration doit être un exercice permanent. »  

 

 br_20_02_17_efia_assignon

 Efia Assignon

-30-

 

Infos et demandes d’entrevues :

Bruno Richard, conseiller en communications, CCNB, 506-543-0661 ou bruno.richard@ccnb.ca