Denis Johnson, finissant du CCNB et de St. Thomas University!

27 mai 2019

DIEPPE, 27 mai 2019 – Les finissants du CCNB qui choisissent de poursuivre leurs études afin de décrocher un baccalauréat sont de plus en plus nombreux. Denis Johnson de Dieppe a effectué un parcours plutôt rare.

Après avoir reçu un diplôme en Techniques correctionnelles du CCNB – Campus de Dieppe en 2011, M. Johnson a fait son entrée en troisième année du baccalauréat Applied Arts in Criminal Justice à la Saint-Thomas University (STU) à Fredericton. Il a étudié pendant un an et demi dans la capitale provinciale avant de mettre ses études en veilleuse pour devenir agent correctionnel. Il a travaillé pendant cinq ans dans le domaine avant de revenir à STU pour un semestre. L’Acadien a obtenu son baccalauréat en 2018.

« J’ai seulement découvert cette entente avec St. Thomas alors que j’étais étudiant au CCNB. Un représentant de St. Thomas est venu faire une présentation dans notre classe. Je pensais que c’était une bonne idée d’aller étudier à STU, car j’obtiendrais une deuxième certification », a fait savoir celui qui a 29 ans.

Au dire d’Yvan Roy, chef de département, Justice et services communautaires au CCNB – Campus de Dieppe, cette entente de programme transférable avec STU est plus populaire auprès des finissantes du programme Techniques d’intervention en délinquance.

« Je crois que trois ou quatre diplômées de la cohorte 2017 du CCNB recevront un baccalauréat de St. Thomas cette année », a signalé M. Roy.

Pour M. Johnson, la transition à la vie universitaire s’est bien déroulée.  

« Les études universitaires apportent leurs défis. Les horaires sont différents, tout comme les devoirs. Passer d’un collège francophone à une université anglophone n’est pas évident, mais c’est facile de s’ajuster », a-t-il assuré.

Denis Johnson encourage les finissants du CCNB à suivre ses traces et à profiter des ententes de programmes transférables. Le CCNB a plus d’une cinquantaine d’ententes de la sorte avec 13 institutions.

« Ce sont des options que beaucoup plus de jeunes devraient explorer. Je pense que ces options devraient être présentées aux élèves dès qu’ils débutent leur programme au CCNB », a-t-il dit.

Après avoir œuvré à L’Établissement de l’Atlantique à Renous, Denis Johnson est maintenant agent correctionnel au Pénitencier de Dorchester.

« À chaque quart de travail, je suis en contact avec des détenus qui servent au minimum des sentences de deux ans plus un jour. Je dois assurer la sécurité de notre personnel ainsi que des détenus. Il y a des défis : de longues heures de travail, le "shift work", la nature de l'emploi et l’environnement de travail. J’aime quand je suis vraiment capable de faire un changement positif dans la vie d’un détenu », a raconté celui qui aimerait éventuellement devenir un agent de libération conditionnelle.

Pour le diplômé de l’École Mathieu-Martin de Dieppe, la décision de fréquenter le CCNB a été facile.

« Le campus est situé dans ma région natale, les droits de scolarité sont abordables, la réputation du CCNB est excellente et le taux de placement est bon », a expliqué celui qui est surnommé Johnson. 

On entend souvent dire que le CCNB est reconnu pour sa formation pratique et c’est bel et bien une activité d’apprentissage réelle qui a marqué Denis Johnson pendant son séjour au CCNB.

« Mon plus beau souvenir est le scénario de la prise d'otage. C’est un scénario qui a encore lieu à chaque année et je suis privilégié d’y participer encore aujourd’hui », a-t-il conclu.   

br_27_05_19_denis_johnson

Denis Johnson est un diplômé du CCNB qui a profité d’une entente de programme transférable pour décrocher un baccalauréat de la St. Thomas University.

-30-

Infos et demandes d’entrevues :

Bruno Richard, conseiller en communications, CCNB, 506-543-0661 ou bruno.richard@ccnb.ca