Le cheminement inspirant de Salwa El Alaoui

25 février 2021

CAMPBELLTON - le 25 février 2021 –  Originaire du Maroc, Salwa El Alaoui est une mère de trois enfants qui opère une garderie agréée en Outaouais au Québec. Elle a six enfants sous sa responsabilité. Salwa a récemment obtenu son certificat d’études avancées du programme de formation en intervention auprès de personnes autistes offert conjointement par la University of New Brunswick et le CCNB. 

Offerte en anglais et en français, la formation en intervention auprès des personnes autistes est un programme en ligne d’une durée de 18 semaines qui comprend la théorie, des sessions de formation et un stage supervisé par des experts en autisme. 

Salwa parle l’arabe, l’anglais et le français et elle apprend le persan (farsi) et le turc. Elle a déjà été ballerine, elle détient une double maîtrise en marketing et en ressources humaines, et elle a travaillé dans le monde des affaires. En 2010, sa famille a pris la décision de déménager au Canada. 

Dix mois après leur arrivée au Canada, son fils, alors âgé de 20 mois, a commencé à développer des symptômes autistiques. Une année plus tard, il a été diagnostiqué. La nouvelle avait secoué la famille. Aujourd’hui, il a 11 ans. 

« Il n’avait aucune notion du danger, il ne craignait pas les étrangers, ni le feu, ni l’eau. Je devais être avec lui 24 heures sur 24, sept jours par semaine. J’avais des cauchemars toutes les nuits. J’étais dans le déni. Il était difficile de parler de la situation sans pleurer. J’avais le sentiment qu’on lui volait son enfance. Nous avons diminué nos interactions sociales, car certains amis portaient un jugement contre nous et pensaient que nous lui donnions une mauvaise éducation ou que nous étions incapables de le discipliner. J’ai atteint un état d’acceptation et de résilience, et je ne changerais mon fils pour rien au monde. Mais ça n’a pas été facile. » 

À la suite du diagnostic, la famille a entamé des séances de thérapie privées. Au bout de trois ans et peu de progrès, ils ont accumulé une dette de 60 000 $. Salwa a réalisé que son fils apprenait davantage avec elle à la maison. Elle a décidé de cesser le traitement. 

Salwa entreprit une quête pour trouver de l’aide et des solutions qui permettraient à son fils de vivre une vie aussi normale que possible. 

En effectuant une recherche sur Google, elle a appris l’existence de la formation Autism intervention training program (IAU). Le programme offert en ligne était une option intéressante pour Salwa. 

« Je devais défendre ma cause pour être acceptée, car je n’avais pas étudié en éducation. Mais j’ai un enfant autiste, ça fait huit ans que je suis en éducation! J’ai réussi à convaincre la responsable et j’en suis grandement reconnaissante. » 

La formation IAU fait appel à des pratiques basées sur des données probantes comme l’analyse appliquée du comportement (ABA) dans le cadre de son curriculum. L’ABA est efficace pour le traitement des personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme. 

« Je n’aimais pas le concept de l’ABA. La façon dont différents thérapeutes me l’expliquaient, je le voyais comme une façon de programmer un enfant comme un robot, » explique-t-elle. 

C’est en apprenant les concepts de l’incitation et du renforcement pendant la partie théorique de la formation que Salwa a commencé à mieux comprendre. 

« L’ABA est une façon d’enseigner des compétences qui permettent de fonctionner et de mener une vie normale. Ce fut ma plus grande réalisation et je me suis dit que ça fonctionne vraiment! » 

Durant son stage dans le cadre du programme, Salwa s’est épanouie et elle décrit la formation comme étant professionnelle et humaine. 

« La découverte des possibilités du renforcement fut une révélation pour moi. » 

De nos jours, Salwa est heureuse de dire que son fils apprend de nouvelles compétences. Après trois jours, il a appris à laver ses mains par lui-même. Elle a aussi commencé à travailler sur ses compétences en communication. Il porte toujours des couches, mais il est maintenant capable d’utiliser une tablette électronique dotée d’un programme qui l’aide à communiquer quand il doit aller à la toilette. Il commence aussi à communiquer quand il veut manger. 

« À mes yeux, ce sont des pas de géant. » 

Salwa attribue ce succès à la formation qu’elle a reçue pendant son stage et à la mentalité de ses instructeurs qui croient que ce travail peut changer la vie des gens. 

 « Mon plus grand regret à l’égard de ce programme, c’est que je ne savais pas qu’il existait en 2012. J’aurais économisé beaucoup d’argent, et je suis certaine que mon fils serait maintenant complètement indépendant, et qu’il serait peut-être même dans une salle de classe ordinaire aujourd’hui. » 

« Si vous êtes parent et que vous voulez un espoir qui est réel, pas un espoir imaginaire, suivez cette formation. Elle est vraiment incroyable. Je ne me vois pas faire autre chose plus tard que travailler avec des personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme. » 

Son objectif immédiat est de passer l’examen afin d’obtenir sa certification en tant que technicienne du comportement [Registered Behaviour Technician (RBT]). 

Francyne Jutras, la directrice du programme, décrit la formation IAU comme étant unique dans les Maritimes. 

« Les diplômés du programme ne possèdent pas seulement une spécialisation en autisme et en analyse appliquée du comportement (ABA), mais ils sont aussi qualifiés pour passer l’examen visant à obtenir leur certification de technicien du comportement (Registered Behaviour Therapist [RBT]), » explique Jutras.  

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la formation IAU et le programme Autisme et intervention comportementale (Behavioural Intervention and Autism), veuillez communiquer avec le College of Extended Learning ou visitez le site Web : go.unb.ca/abi. 

br_25_02_21_salwa3

Salwa El Alaoui a récemment obtenu son diplôme du programme de formation en intervention auprès de personnes autistes offert conjointement par la University of New Brunswick et le CCNB. 

-30- 

Infos et demandes d’entrevues :

Bruno Richard, conseiller en communications, CCNB, 506-543-0661 ou bruno.richard@ccnb.ca